COORDINATION INTERMINISTERIELLE

 La Miviludes a été saisie par un particulier de l’introduction pour les élèves de troisième année d’un institut de formation en soins infirmiers (IFSI) du Sud de la France, d’un module optionnel d’approfondissement en soins infirmiers construit autour de plusieurs pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique (PNCAVT), telles que la méthode Simonton, l’analyse transactionnelle, la programmation neurolinguistique ou encore la psychogénéalogie. Alertés par la Miviludes, le directeur de l’agence régionale de santé (ARS) territorialement compétente ainsi que le Président du conseil régional ont diligenté une inspection conjointe sur le site de l’institut en soins infirmiers, avant de demander à l’ensemble des IFSI de la région de retirer tous les modules de formation centrés sur les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique. La Miviludes rappelle que les PNCAVT n’ont fait l’objet d’aucune validation scientifique.

Elles peuvent donc donner lieu à des dérives thérapeutiques, mais aussi être d’une efficacité redoutable  dans le processus d’emprise mentale, avec ruptures familiales, exigences financières etc. Le recours aux PNCAVT peut entraîner une perte de chance chez les malades qui  renoncent aux traitements conventionnels.